krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue vaudoise contre le cancerSoutenir la LVCNotre journalEditorial

Editorial

De nouveaux chemins de solidarité

Des certitudes qui s’effritent, la découverte de sa fragilité, des vies mises entre parenthèses et de nouvelles habitudes à prendre… la crise sanitaire liée au Covid-19 ébranle la société dans son ensemble. Et laisse derrière elle des cicatrices psychologiques, sociales et financières importantes, à la mesure de l’événement. Le retour à la normale prendra du temps.

Plus personne ne s’étonne de voir des gens porter des masques, geste que, hier encore, nous aurions trouvé insolite. De même, les désinfectants et la distance sociale font désormais partie de notre quotidien. Ces bouleversements majeurs nous impactent tous, et plus encore les personnes atteintes de cancer. La maladie constitue un facteur indéniable de précarité, renforcé en temps de crise.

Le nombre des demandes financières qui nous sont adressées prend l’ascenseur depuis quelques mois. Notre permanence juridique, fortement sollicitée au début de la pandémie, continue d’ouvrir grand ses portes pour conseiller les patients qui rencontrent des difficultés d’ordre professionnel. Certains ont perdu leur emploi, d’autres ont vu leurs réserves fondre en raison d’un chômage partiel. Et il y a les indépendants, les salariés payés à l’heure, les jeunes, dont la vulnérabilité peut hélas persister cet été. 

La fragilité des patients est également d’ordre psychologique. Les mesures de distanciation sociale modifient nos interactions et, pour se prémunir contre le virus, certains malades se voient contraints de réduire leurs contacts avec l’extérieur. La préservation du lien social fait donc figure de priorité, qu’il s’agisse d’écouter les malades, de les accompagner dans leurs démarches administratives, ou de leur proposer des activités collectives. Notre association reconduit et développe ces dernières, avec le lancement en juin de la plateforme « Parlons cancer ». Cet espace d’échange prend tout son sens alors que le virus nous oblige à garder la distance.

Plus que jamais, la Ligue vaudoise contre le cancer, qui fête son 60e anniversaire cette année, est aux côtés des patients pour les épauler et leur offrir un filet de secours. C’est sur un groupe soudé et compétent que les malades peuvent compter. Je suis très fière de notre équipe et je tiens à remercier chaleureusement l’ensemble du personnel pour son investissement, sa flexibilité et son sens des responsabilités. Au plus fort de la crise, tous les collaboratrices et collaborateurs ont su maintenir le cap, continuant, à distance, à accompagner les patients, à gérer les urgences et à assurer le bon fonctionnement administratif de la Ligue. Certains ont même assumé des tâches supplémentaires pour décharger les collègues qui devaient s’occuper de leurs enfants ou qui présentaient une vulnérabilité face au virus.

Mes remerciements vont également à nos bénévoles, qui ont préservé le lien qui les unissait avec les patients. Enfin, ma gratitude va bien évidemment à nos donateurs, qui ont mesuré combien leur fidélité comptait dans cette période particulièrement difficile.

C’est la solidarité, sous toutes ses formes, qui nous permettra de relever les défis à venir. Cultivons-la.

Chantal DISERENS, Directrice
Ligue vaudoise contre le cancer