krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue vaudoise contre le cancerLigue vaudoise contre le cancer

Octobre rose

Cheminée Pierre-de-Plan à Lausanne (Remerciements SIL)

Ne sous-estimez pas le risque

Pour la Suisse, on estime qu’environ 16 femmes sont diagnostiquées avec un cancer du sein chaque jour, cela fait donc près de 6000 par année, dont 600 dans le canton de Vaud. C’est énorme, même si la Suisse se place parmi les pays présentant le meilleur pronostic avec une survie relative à 5 ans de 85%. Hélas, environ 1’400 femmes en Suisse décèdent de ce cancer chaque année, cela représente 1 décès par cancer sur 5 chez les femmes. Très rare chez l’homme, le cancer du sein touche tout de même 50 hommes chaque année en Suisse. Au moment du diagnostic, la plupart des hommes concernés ont plus de 60 ans.

Le cancer du sein en Suisse (estimation 2018, uniquement cancers du sein invasifs)

  • 17 femmes par jour
  • 6'000 femmes par an
  • 90'000 femmes atteintes
  • 900'000 proches concernés
  • 33% des cancers de la femme
  • 40% des cancers de la femme jeune
  • 1'400 décès par an
  • 1ère cause de mortalité féminine entre 40 et 50 ans

Dépistez-vous !

Le dépistage du cancer du sein se fait via une mammographie de dépistage, autrement dit une radiographie des seins. Cet examen permet de déceler des tumeurs de très petite taille, bien avant que celles-ci ne soient palpables ou ne se manifestent par d’autres symptômes.

Certains facteurs de risque de cancer du sein sont étroitement liés au mode de vie ; voici ce qu’il est possible de faire pour les réduire :

  • les femmes avec une activité physique régulière sont moins exposées.
  • L’alcool et la nicotine augmentent le risque de cancer du sein. C’est pourquoi il est recommandé de limiter l’alcool à de petites quantités, d’éviter une consommation quotidienne et de renoncer au tabac.
  • Manger trop gras et trop sucré favorise également l’apparition de la maladie. Une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes, contribue à éviter la surcharge pondérale et, par conséquent, à réduire le risque de cancer du sein.

Pour un nouveau départ : le programme de réadaptation oncologique

Pour les femmes concernées par du cancer du sein la Ligue vaudoise contre le cancer (LVC) propose un programme complet en ambulatoire qui permet de restaurer les capacités antérieures et aide à retourner dans la vie quotidienne et professionnelle.