krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue vaudoise contre le cancerNotre journalÉditorial

Éditorial

Nos bénévoles offrent un espace de liberté aux patients

Écoute, présence, soutien : les bénévoles de la Ligue vaudoise contre le cancer (LVC),une trentaine environ, donnent régulièrement de leur temps pour les personnes atteintes de cancer. Leur engagement est important pour répondre au besoin des malades de se sentir entourés dans l’épreuve qu’ils traversent – car prendre en charge le cancer ne passe pas uniquement par les traitements médicaux, aussi importants soient-ils. La maladie constitue un véritable choc psychologique, qui se double souvent d’une péjoration de la qualité de vie à court et long termes ainsi que de difficultés sociales.

La Ligue apporte des réponses professionnelles aux patients pour les aider à faire face au séisme engendré par le cancer et, avec ses bénévoles, leur offre des espaces d’écoute protégés où communiquer en toute liberté. Pas de jugement de valeur ici, ni d’enjeu affectif comme c’est le cas avec les proches.

Les leviers d’action des bénévoles sont différents, avec des motivations altruistes qui côtoient des besoins plus personnels. Mais tous les volontaires partagent en commun le désir d’aider autrui. Line Arnold, active auprès de la Ligue depuis plusieurs années, en témoigne (lire en page 6). Elle a accompagné de nombreux patients et plus récemment, mais dans un cadre privé cette fois-ci, une petite fille décédée d’une tumeur cérébrale. Un deuil difficile qui lui a inspiré un livre célébrant la vie.

La mort, tout bénévole y est potentiellement confronté. Il doit savoir garder le recul nécessaire, indispensable également pour accueillir les émotions et interrogations que la maladie cristallise chez les patients. Les volontaires auprès de la Ligue s’engagent ainsi à suivre une formation de base dispensée dans le cadre du programme cantonal vaudois de développement des soins palliatifs. Y sont notamment abordés des sujets comme la communication avec le patient, la relation d’aide ou encore la spiritualité. Les bénévoles qui le souhaitent peuvent bénéficier en tout temps de formations continues et sont supervisés par l’association.

En Suisse, 1,4 million de personnes sont engagées bénévolement au sein de différentes organisations et institutions et consacrent environ 13 heures par mois à ces activités non rémunérées. Un investissement précieux, d’autant plus lorsqu’il s’agit, comme à la Ligue, de créer du lien face au risque de délitement social : la maladie isole encore trop souvent. Si la plupart de nos volontaires sont en relation directe avec les patients, certains d’entre eux nous offrent leurs compétences dans d’autres domaines tout aussi importants : appuis scolaires pour les enfants des familles touchées par le cancer, présence sur nos stands d’information, travaux administratifs d’appoint, etc.

Je tiens à remercier très sincèrement nos bénévoles de leur investissement, quelle qu’en soit la nature, et à exprimer ma gratitude à nos généreux donateurs pour leur soutien dans la lutte contre le cancer. Bonne lecture.

Chantal DISERENS, Directrice
Ligue vaudoise contre le cancer