krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerLigue vaudoise contre le cancerNotre journalÉditorial

Éditorial

Nouveaux défis sociaux à l'horizon 

C’est avec grand plaisir que, sous ma nouvelle casquette de directrice de la Ligue vaudoise contre le cancer (LVC), je signe pour la première fois l’éditorial d’Entre Nous. Poursuivre le travail mené avec brio par mon prédécesseur à ce poste, Anita Droz, est une grande source de satisfaction. La Ligue va continuer à accompagner les patients et leurs proches et à mener ses activités de prévention auprès de la population vaudoise. Son travail, qui répond à des besoins évidents, doit se conjuguer avec les impératifs de demain.Si l’incidence du cancer augmente, on meurt moins de la maladie.Cet apparent paradoxe – qui s’explique aisément par le vieillissement de la population et les progrès de la médecine – soulève de nouveaux défis dans la prise en charge psychosociale des patients.Favoriser le retour à l’emploi après la maladie en fait partie.

« Développer des actions de promotion de la santé, c'est aussi s'adresser à l'ensemble de la population. Des écueils existent. »

De plus en plus performants, les traitements permettent en effet à un nombre croissant de travailleurs de reprendre leur activité professionnelle lorsque le cancer a été maîtrisé. Une nouvelle plus que réjouissante sur le papier mais qui, sur le terrain, pose un certain nombre de difficultés qu’employeurs et employés ne sont pas toujours à même de résoudre seuls. La LVC a développé de nouveaux outils pour répondre à leurs interrogations et les accompagner sur le chemin d’une réinsertion réussie (page 3).

Autre défi à relever, celui du renforcement de la prévention. Sans elle, impossible de favoriser des comportements sains, à même de diminuer les risques de contracter un cancer. Impossible également d’améliorer le dépistage précoce, qui multiplie les chances de guérison. Développer des actions de promotion de la santé, c’est aussi s’adresser à l’ensemble de la population. Là encore, des écueils existent. Certaines personnes issues de la migration n’ont qu’un accès limité aux programmes de dépistage systématisé des cancers du sein et du côlon proposés dans le canton de Vaud. Responsable du Service prévention de la Ligue – entité qui souffle ses vingt bougies cette année – Isabelle Philipona revient sur les enjeux qui entourent l’intégration de ces populations dites vulnérables au sein de notre système de santé et sur la volonté de la Ligue de trouver des solutions pour toucher ce public (page 4).

Les mammographies sont proposées aux femmes âgées de 50 à 69 ans depuis 18 ans déjà. Il aura fallu attendre plus longtemps pour le dépistage systématisé du cancer du côlon : le programme a été lancé à l’automne 2015 par les autorités cantonales. Les Vaudoises et Vaudois âgés de 50 à 69 ans pourront donc passer régulièrement des contrôles qui seront exemptés de franchise (page 5).

Comme ceux du sein et du côlon, le cancer de la peau est très fréquent en Suisse. Christina Samuelsson a souffert de sa forme la plus agressive, le mélanome. Des métastases s’étaient déjà formées quand la maladie a été diagnostiquée. Après plusieurs opérations et un traitement d’immunothérapie, cette jeune femme de 30 ans a retrouvé une certaine forme de sérénité. Si elle se projette peu dans le futur, privilégiant l’instant présent, elle souhaite que son témoignage incite les jeunes à prendre soin d’eux (page 6).

Je vous souhaite une agréable lecture et vous remercie de votre précieux et généreux soutien !

Chantal DISERENS, Directrice
Ligue vaudoise contre le cancer